Sueurs froides

Publié le par £ee£oo

Voici le générique d'un de mes films préférés d'Alfred Hitchcock, Sueurs froides, appelé aussi Vertigo, sorti en 1958.  James Stewart et Kim Novak incarnent les personnages principaux de ce thriller. Magnifiquement filmé, brillamment interpété, le film bénéfie d'un générique plutôt soigné.

Vous pouvez le visionner ici:



Sueurs Froides Vertigo 1958 Generique Du Film d' Hitchcock

envoyé par générique cinéma.

Le générique commence avec un gros plan (en noir et blanc) sur la joue de Kim Novak. La caméra s'arrête sur la bouche sensuelle de celle-ci. Le 1er nom qui apparaît est celui de l'acteur principal James Stewart. Cela renvoie au fait que le personnage de Scottie, obsédé par Madeleine, dont il est tombé amoureux. Prisonnier de son désir, Scottie est manipulé par cette bouche voluptueuse symbolise Madeleine, mais aussi Judy, qui sont la même femme.
La caméra zoome se déplace ensuite vers le haut, et s'arrête sur les yeux de la femme. Inquiets, ses yeux regardent des deux côtés, semblant vérifier ce qui se passe autour d'elle. Elle semble être au bord des larmes. Le générique a à peine commencer, que le spectateur sait déjà qu'il sera sous tension, qu'il y aura un mystère autour d'une femme. Le nom de Kim Novak apparaît sous forme d'un glissement rapide (comme celui de James Stewart). Cela apporte une touche de dynamisme.
La caméra se concentre sur un oeil, et le nom du réalisateur apparaît à son tour. L'oeil traduit toujours une peur. Progressivement, la couleur de l'image devient rouge (couleur du sang mais aussi de la passion), et le titre du film, niché dans l'oeil, grossit progressivement pour finir par être lisible. L'oeil s'ouvre davantage pendant cette séquence. J'associe cette image au fait que Scottie comprend petit à petit, la machination dont il est victime.
Puis, toujours au creu de l'oeil, un tourbillon blanc commence à se former. Toujours de façon progressive, le tourbillon grossit. Il fait penser à un escalier au bout d'un moment. Cela renvoie évidemment au fait que Scottie a le vertige et que cela sera un point important du film.
Le visage disparaît ensuite, pour laisser place à divers tourbillons de couleurs différentes sur fond noir, qui font tantôt penser à un escalier, tantôt à un oeil. Les noms de l'équipe du film apparaît pendant cette séquence.
Au final, on revoit l'oeil, toujours avec une image rouge, et le nom d'Alfred Hitchcock réapparaît.

C'est le graphiste Saul Bass qui a réalisé ce générique. Il fut parti des premiers à réaliser des génériques intéressants, afin de proposer autre chose qu'une succession de noms. Il réalisera les génériques de La mort aux trousses en 1959 et en 1960 pour Psychose. Il tenta de se mettre au cinéma, en réalisant des courts métrages et un long métrage, mais n'étant pas des succès, il n'insista pas. Il travailla aussi pour Kubrick en 1980 pour le générique de Shining.


.:A lire, les autres génériques:.

Le fabuleux destin d'Amélie Poulain
Seven
Mary à tout prix
Sleepy Hollow
La colline a des yeux
Orange mécanique

Publié dans Les intros de films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article