Sleepy Hollow

Publié le par £ee£oo

Je voulais parler du générique de Sleepy Hollow (2000), un des meilleurs films de Tim Burton, avec Johnny Depp (hum quelle surprise!) et Christina Ricci.
Cela n'échappera pas à n'importe quel amateur de Tim Burton, la musique est capitale dans ses films, celle composée par le désormais célèbre Danny Elfman. Le générique est donc une bonne occasion de mettre en valeur ses compositions.

EDIT: Malheureusement, le lien n'est plus disponible...C'est pénible...enfin je préfère l'enlever que d'avoir des liens morts. Je suis désolée mais je ne l'ai pas retrouvé. Je garde quand même mon article malgré le manque d'illustrations. Je vous invite à voir ou revoir le film du coup!


Le générique correspond au voyage de Crane pour arriver à Sleepy Hollow. Il commence donc au début de son voyage, et l'on voit apparaître les noms des acteurs, sous forme de fumée mystérieuse. Cela renvoit directement à l'ambiance particulière et gothique de la ville de Sleepy Hollow. La musique de Danny Elfman est exactement dans le même esprit. Je trouve que ce générique est finalement proche de celui de Batman le défi (1992), toujours de Burton. Rappelez-vous, le landeau contenant l'affreux bébé homme pingouin à l'époque, fait un trajet dans les égouts pour atterrir chez les pingouins. La musique d'Elfman accompagne également ce générique, et elle est similaire à celle du générique de Sleepy Hollow. Elle est inquiètante, dramatique, stressante, accentuant l'aspect mystique et gothique du film.
Le défilement des noms de l'équipe du film, sont suspendues quand on voit le personnage de Johnny Depp dans la calèche : il regarde un livre, sa main; criblée de points, il dort. Cela permet de s'attarder un peu sur le caractère du personnage et l'on se rend compte qu'il n'est pas un héros comme les autres (il faut voir sa tête quand il entend les loups hurler). On découvre enfin la fameuse ville maudite, et le spectateur continue d'accompagner Crane dans sa découverte. L'ambiance dans laquelle on a été plongés, nous a préparés finalement à Sleepy Hollow: sombre, glauque, gothique et passablement accueillante quand on voit les volets qui se ferment. On assiste au début de l'intrigue; un villageois discute avec une jeune garçon, avant de monter sur un perchoir. Le trajet de Crane se finit quand il arrive à une grande maison, en hauteur, au bout d'un chemin; la parfaite image de la maison hantée.
Ce générique est sombre, mais magnifiquement mis en scène. Le passage où l'on voit la calèche traverser la forêt noire sur fond bleu nuit est une image superbe.

Au final, Burton amorce des intrigues (la main criblée de points de Crane, l'homme dans le perchoir, la ville haustère...), dans un cadre magnifiquement sombre. C'est une manière habile de capter l'attention du spectateur. On peut reprocher le fait que cela n'est pas vraiment original, mais c'est tout de même très bien réalisé. L'éclairage est parfaitement maîtrisé, mélange de lumière tamisée et d'ombres, qui créent une atmosphère gothique à souhait. Cela ne peut qu'annoncer un bon film!



.:A lire, les autres génériques:.

Le fabuleux destin d'Amélie Poulain
Seven
Mary à tout prix
Sueurs froides
La colline a des yeux
Orange mécanique

Publié dans Les intros de films

Commenter cet article