Scream

Publié le par £ee£oo

Je ne vais pas écrire un article sur le film Scream de Wes Craven (1996) en lui  même, au vue de sa notoriété conséquente. Le choix du film n'est pas très original je vous l'accorde, mais son intro si. Une des plus intéressantes que j'ai vu.Vous pouvez la regarder ci dessous (c'est en VO, ça vous permettra de bosser votre anglais):

 

 

On ne le voit pas sur cette vidéo mais juste avant que le "Scream" apparaisse, il y a un écran noir avec "dimension films" présentent. C'est anodin mais on s'attend à ce qu'un générique "normal" commence. Ce qui n'est pas le cas, le spectateur est tout de suite "agressé" par le titre du film qui apparaît violemment sur fond de cris féminins et de couleur rouge, avec un coeur qui bat et le téléphone qui sonne...Le ton est donné et l'esprit du film est résumé!


Le téléphone, élément au centre du film, est la première chose qu'on voit. L'héroïne répond et même si ce n'est pas inquiétant tout de suite, on devine que cet homme qui appelle va vite devenir un problème. Aucun générique, aucune musique, le film commence et autant que le meurtrier avec la jeune fille, le film essaye de mettre en confiance le spectateur. Ils discutent tranquillement de films. Peu à peu la conversation devient étrange et plus la lycéenne émet des doutes et veut mettre fin à la conversation, plus l'ambiance flippante se met en place. Avec notamment la musique extra de Marco Beltrami, qui, doucement s'infitre comme le meurtrier.

 

Puis d'un coup, la tension explose avec la violente agression verbale du meurtrier. Et là le "jeu" commence, on sait maintenant que la jeune fille Casey, a sa vie en péril. Drew Barrymore joue bien la fille terrorisée au point d'être paralysée tout en étant résignée. Cela doit être la première fois que dans un film d'horreur, on utilise des références d'horreur (même des films de Wes Craven), un effet miroir qui ajoute un peu de crédibilité au film. En effet, l'horreur n'existe apparemment pas que dans les films.


Après avoir complètement effrayé sa victime, le tueur passe à la vitesse supérieure, et commence à poursuivre Casey (à noter que dans la VF on n'entend pas les petits bruits que fait le tueur dans la VO). C'est aussi le moment qu'on choisit les parents de Casey pour rentrer. Evidemment, on a tous envie de croire qu'ils vont lui porter secours. Le réalisateur joue bien entre la situation dramatique dans laquelle se trouve Casey, et ses sauveurs qui ne voient rien, n'entend rien alors qu'ils sont tout proches. On est navrés pour elle.

 

Je ne vous parle pas de la scène finale (en fait si) qui est particulièrement saisissante et terrifiante. La mère hurle, on se doute bien qu'il doit y avoir quelque chose de pas joli joli à voir, et l'effet de caméra (toujours avec en fond, les hurlements de la mère) qui font sur Casey, pendue et en sang, nous cloue sur place. On ne sait pas bien ce qui est arrivé à Casey, on ne voit pas grand chose en fait, mais la mise en scène suggère tellement une atrocité, que la peur est bien là.

 

A noter que la maison de Casey joue un rôle important dans la scène. En effet, elle est spacieuse, agréable...et très isolée. Et ce qui fait sa beauté, la rend aussi dangereuse: des belles grandes baies vitrées qui rendent Casey encore plus vulnérable, car pouvant être vue facilement (sans compter que ça se brise une baie). De plus, la maison est tellement grande (et le jardin aussi, Steve s'en souviendra), que les parents n'ont même pas pu sauver leur fille...

 

Avec cette intro, Wes Craven réussit totalement le début de son film. On est tout de suite fascinés, effrayés par ce tueur qui semble si malin et si pervers en même temps. De telles intro, sont tellement rares, c'est un vrai tour de force...On retrouve un peu le même esprit dans Scream 2 de Wes Craven (1997) mais le résultat, honorable soit il, est nettement moins convaincant.

Publié dans Les intros de films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article