Le fabuleux destin d'Amélie Poulain

Publié le par £ee£oo

Dans la mesure où je ne parlerais pas du film (on en a tellement entendu parler dans tous les sens), je mettrais l'accent sur son générique, qui est, à mon sens, très réussi (à l'image du film également). Le fabuleux destin d'Amélie Poulain a été réalisé Jean Pierre Jeunet et est sorti en 2001. Vous pouvez visionner générique ici:


envoyé par maldini02

Le générique (comme le film) est accompagné de la musique de l'artiste breton Yann Tiersen (qui est d'ailleurs assez chiant en concert mais bon passons...). Pour le générique, c'est un beau morceau de piano, mélancolique, qui personnellement me rend nostalgique.
Le générique n'est en rien implicite; il fait clairement référence à l'esprit enfantin, décalé, d'Amélie Poulain. Seulement quand on a pas vu le film, on ne le sait pas encore cela. Il a été choisi de mettre en scène uniquement Amélie Poulain étant enfant, pour renvoyer directement à l'esprit du film et donc du générique. Celui-ci est filmé d'une façon légèrement saccadée, les différentes scènes se succèdant sans lien, sans connexion, ce qui fait penser à une vidéo amateur, familiale.

Le générique débute avec les noms des deux acteurs principaux, Audrey Tautou et Matthieu Kassovitz (qui tient dans ce film un de ses rares rôles intéressants), sur un fond de d'un papier cartonné, ondulé, utilisé aussi par les enfants pour diverses créations. Une main d'adulte s'agite autour des lettres, pour les ajuster, justement comme pour une création. Cette main d'adulte et non d'enfant peut faire le lien avec le fait que les 3/4 du film sont
consacrés à la vie d'adulte d'Amélie Poulain.
Le titre apparaît avec une police (faisant partie de la charte graphique du film) plutôt enfantine, ayant une connotation légère. Le titre disparaît sous l'effet d'une sorte de rayon de soleil. La main est toujours là comme pour rappeler que c'est fait main.
Ensuite, s'enchaînent des jeux d'Amélie Poulain (les doigts qui font du vent, le menton transformé en visage, les cerises qui servent de boucles d'oreilles, les dominos, les jeux avec le son...). Presque tous les jeux sont en lien avec l'énoncé des attribution de l'équipe (costume = Amélie joue à être une dame avec les cerises, directeur de la photographie=Amélie qui joue avec des lunettes, maquillage = main d'Amélie qui est peinte,  musique = Amélie fait produit du son avec le verre, directeur de production = une pièce monnaie tourne, c'est ma préférée...).
Le générique se finit évidemment sur le nom de Jean Pierre Jeunet, sans Amélie.

Ce que j'aime particulièrement dans ce générique, c'est qu'on nous laisse apprécier les petits jeux rigolos d'Amélie, en n'intégrant pas tout de suite les noms de l'équipe.
Ce générique est rafraîchissant, il met le spectateur à l'aise et est déjà amusé par ce qu'il voit. C'est sa simplicité qui fait sa force à mon avis, même s'il y a beaucoup d'effets et de travail de l'image (son, lumière, couleur de la pellicule, manière de filmer...) pour retranscrire finalement un esprit plutôt enfantin, familial.



.:A lire, les autres génériques:.

Sueurs froides
Seven
Mary à tout prix
Sleepy Hollow
La colline a des yeux
Orange mécanique

Publié dans Les intros de films

Commenter cet article