4 minutes

Publié le par £ee£oo


Je tiens à parler d'un film qui a été peu médiatisé, et qui est peu connu en France. 4 minutes est le 1er film allemand du réalisateur Chris Kraus. On y retrouve les actrices Monica Bleibtreu, inconnue en France, et Hannah Herzsprung, pour qui c'est son 1er véritable rôle. Il est sorti en 2008 en France, bien que produit en 2006.
Une enseignante de piano qui travaille en prison prend sous son aile une détenue qui a un talent pour le piano. Mais celle-ci est loin d'être facile. Elles travailleront ensemble pour gagner un concours.



4 minutes est un film qui a remporté plusieurs prix à travers le monde. Les actrices ont notamment été récompensées aux German film award. La musique est bien sûr au centre du film, avec un petit mélange de classique (associé à la vieille enseignante) et jazzy (associée à la jeune détenue). Pendant le casting, l'actrice qui incarne Jenny, la prisonnière avait affirmé qu'elle savait jouer du piano. Heureusement qu'elle avait convaincu le réalisateur (désespéré de ne pas trouver son actrice), parce que ce n'était pas le cas, donc cela a compliqué un peu les choses. Elle a donc pris des cours de piano, mais aussi des cours de boxe, et elle a effectué les cascades elle même. La scène finale impressionnante où elle joue pour le concours a été tourné avec elle, et une doublure, une pianiste professionnelle qui a aussi écrit les morceaux de piano qu'on entend pendant le film.

La réalisation est efficace et assez originale dans le sens où les scènes de dialogues sont filmées froidement. L'image est brut de pomme, légèrement bleue. Ce qui est en lien avec l'austérité d'une prison, le caractère de Jenny, ses relations avec les autres (gardiens, détenues, ou au début avec l'enseignante, Traude). Les scènes musicales laissent place uniquement à la musique, mais pas forcément en filmant l'actrice jouer. A un moment, Traude laisse Jenny tabasser un gardien, et la caméra la suit. On finit par entendre du piano, et par voir que l'enseignante se rend compte du potentiel énorme de la prisonnière, qu'elle avait d'abord traitée avec mépris. C
ette scène est vraiment bien amenée et émouvante.
Il y parfois un découpage entre une scène passée et présente (comme au début, quand l'enseignante est en entretien avec le directeur de prison, et quand elle apporte le piano à la prison), qui donne un certain dynamisme au film.
La scène finale est grandiose, je n'ai pas de mots pour la décrire, il faut la voir.

Les deux ac
trices forment un joli duo. Malgré que le maquillage de l'enseignante soit mal fait, l'actrice qui l'interprète livre avec retenue un rôle de femme blessée, seule, dure et limite rasciste. La performance de la jeune actrice Hannah Herzsprung m'a bluffé. Elle aussi joue une femme blessée, seule, dure mais très violente. Très impulsive. J'ai rarement vu un rôle en souffrance comme cela, car derrière son agressivité, c'est sans doute la 1ère fois que je me rend compte qu'effectivement, il y a quelque chose en plus, qu'elle n'exprime pas, ou peu (elle le fera une fois en confiant l'abandon de son enfant). On voit légèrement sur son visage, une certaine candeur.

L'histoire d'un personnage torturé qui sympathise avec un autre personnage autant ou moins torturé a été déjà
porté à l'écran des milliers de fois. Ici, on sent clairement qu'il y a un début d'affection entre les deux femmes, mais sans plus. Enfin je l'ai vu de cette façon. Elles sont sans doute trop blessées, trop blasées par la vie pour aller plus loin. De plus, Jenny est constamment sur la défensive dès qu'elle soupçonne quelque chose de bizarre (quand elle découvre que son incestueux de père a rendu visite à son enseignante).

L'univers carcéral est peu évoqué ou montré. Il est surtout là pour montrer à quel point Jenny peut être difficile et comment elle vit mal avec ses co détenues. Le film évoque peu l'histoire du pardon ou pas, s'il l'on peut collaborer avec une criminelle ou pas, sans état d'âme.

C'est un film émouvant mais pas larmoyant, évitant les clichés (même si encore une fois moi ils me dérangent pas de toute façon), proposant une nouveau regard sur des êtres souffrants.

En version bande annonce:

Les +: - réalisation efficace et intéressante       Les -: -un peu de longueur
           - Hannah Herzsprung
           - scénario original

Pour la bande annonce c'est ici.

Publié dans Drame

Commenter cet article