Lolita

Publié le par £ee£oo

Lolita est un film dramatique, réalisé par Adrian Lyne en 1997. Je préfère évoquer de cette version du livre du même nom de Vladimir Nabokov, plutôt que celle de Stanley Kubrick en 1962. Dominique Swain incarne Lolita, Jeremy Irons, Humbert Humbert et Melanie Griffith l'envahissante Charlotte Haze.



Il y a plusieurs raisons pour laquelle je préfère faire un article sur cette version. J'ai d'abord vu ce film avant celui de Kubrick et il m'a marquée. En effet, même si Kubrick était connu pour réaliser des films provocateurs, il ne pouvait pas en 1962, pousser le bouchon un peu loin, en tournant des scènes osées entre une jeune fille et un homme d'âge mûr. Et les personnages principaux, notamment Humbert et Charlotte sont vraiment caricaturaux. Le film d'Adrian Lyne est ensuite complètement renié, je ne sais pour quelle raison. J'ai donc eu envie de le défendre.

Le film doit surtout ses qualités à ses interprètes. Jeremy Irons et Dominique Swain sont tout simplement géniaux. Dominique Swain n'a plus rien tourner d'intéressant ou connu par la suite, je ne sais pas pourquoi. Elle incarne à merveille une lolita curieuse, amoureuse, incomprise, seule, méfiante, arrogante, insupportable. Sans jamais trop en faire, ce qui est tout de même un exploit, compte tenu du rôle et de la description du personnage dans le livre. Jeremy Irons nous livre un homme amoureux mais coupable, donc perdu. Le couple fonctionne bien.

Pour avoir lu le livre, ce film lui est plus fidèle. Qualité ou pas, au moins quand on a pas lu le livre, le réalisateur nous donne des indications quant à Humbert. Sa passion pour les jeunes filles viendrait du fait qu'il ait vécu une grande histoire d'amour avec une certaine Annette étant jeune. Achevée prématurèment et brutalement par la mort de celle-ci, il rechercherait donc à continuer une relation avec une jeune fille, pour retrouver son bonheur adolescent.

Malgré les nombreuses étapes du film (rencontre avec Lolita, vie avec Charlotte, road trip avec Lolita, vie avec Lolita, disputes, final meutrier...), je n'ai pas vu le temps passer. Adrian Lyne film avec le plus souvent une certaine objectivité le périple routier et moral de ce couple.

Passons au scandale qui a fait que Vladimir Nabokov a eu énormément de mal à éviter la censure de son livre; l'aspect pédophile de Humbert. Certes, c'est indéniable qu'il est pédophile. Mais, je le vois surtout comme un homme qui n'a pu oublier son amour de jeunesse, qui l'a rendu en quelque sorte malade. Outre l'attirance sexuelle, il est profondément amoureux de Lolita, passioné, pour diverses raisons. Il n'est pas attiré par d'autres jeunes filles. Le film est tout de même moins provocateur dans le sens où Lolita doit avoir autour de 15 ans, alors que dans le livre, elle en a 12. Paradoxalement, les scènes de baisers, m'ont un peu gênée la 1ère fois que j'ai vu le film, cela reste un peu malsain, alors que le fond de leur relation non, même s'il y paraît.
Et puis, finalement, sans prendre en compte la pédophilie, leur relation est vouée à l'échec. Cernés par la société, par leur différence d'âge et aussi par leur passion dévorante, ils leur est impossible de vivre un amour concret. D'ailleurs, même si Lolita quitte Humbert pour un autre adulte pédophile (mais lui beaucoup plus trash), elle finira mariée avec un homme de son âge.

J'ai bien aimé l
e fait qu'on retrouve dans ce film plusieurs genres: romance, drame, thriller.
L'aspect reconstitution est plutôt bien faite. Le film se déroule dans les années 50/60, et cela va bien avec le contexte, l'histoire. En effet, le paraître et la haute société était encore plus importante à l'époque, donc une relation amoureuse de la sorte fait mauvais genre, mais on se souciait nettement moins de la pédophilie. C'est d'ailleurs assez flagrant pour moi, quand un policier demande à Humbert un renseignement, alors que Lolita et lui viennent de s'embrasser fougueusement. Lolita adopte un caractère provocateur qui met mal à l'aise Humbert, mais le policier ne semble pas être alerté.

Le film est vraiment prenant, et procure même de l'émotion quand on voit le désespoir d'Humbert. Même sans réalisation particulière, il est malgré tout bien filmé car à aucun moment je n'ai senti de voyeurisme. J'aime beaucoup Kubrick, mais je préfère nettement cette version. Le fait qu'elle soit plus moderne joue sans doute.

En version bande annonce:

Les +: - interprétation des 2 acteurs principaux
             - les années 50/60 bien filmées
             - le scénario
             - l'effet plusieurs genres de films en un seul


Les -: - les dialogues peu percutants
          

Pour voir la bande annonce, c'est ici.

Publié dans Drame

Commenter cet article