Moi Christiane F.

Publié le par £ee£oo

Moi Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée, est un film allemand d'Uli Edel, sorti en 1981. Gamine, traînant dans mon vidéo club de Ste Luce, il m'est arrivé de passer devant la jaquette du film. Je ne vous raconte pas l'effet que me faisait ce titre, me demandant ce que ca pouvait bien être comme film.
Le film est tiré du livre du même nom, de Christiane F., elle y raconte son histoire dans les années 70. Dans les rôles principaux, Natja Brunckhorst, Thomas Haustein et Jens Kuphal.




Le récit de Christiane F. a fait l'effet d'une bombe lorsqu'il est sorti en 1979, dans un magazine, puis en 1980 en tant que livre. Devenu rapidement best seller, le cinéma allait s'emparer de cette histoire choquante.
Datant du début des années 80, la pellicule du film a un grain intéressant, old school que j'aime bien. Le film retrace donc la rapide descente aux enfers de Christiane, vivant en HLM, en conflit avec sa mère, mal aimée de son père qui ne vit plus avec elle et sa soeur. Le parcours est assez "classique"; pour se sentir grande et au même niveau qu'un garçon qu'elle convoite, elle commence par fumer des joints, puis à l'héroïne...

L'intérêt du film selon moi, c'est justement le combat de Christiane pour s'en sortir paradoxalement. Elle devient rapidement une toxicomane, et les scènes de sevrage avec son amoureux sont particulièrement saisissantes. Le spectateur voit à quel point il est difficile physiquement de se sevrer sans aide médicale. Cela fait d'autant plus mal de voir ces petits corps décharnus, tordus, souffrants. C'est aussi intéressant de voir à quel point un toxicomane peut être convaincu, une fois passé un cap difficile, d'avoir réussi à se débarrassé de la drogue. Je ne sais pas si c'est le cas de l'ensemble des toxicomanes, en tout cas, ici, on a envie de leur faire confiance, mais on se rend vite compte que ce n'est pas possible. C'est d'ailleurs encore plus flagrant dans le livre, Christiane racontant de multiples sevrages échoués.On voit également que la drogue fait que les gens ne font plus vraiment attention aux uns les autres.

Là où je trouve que la provocation du titre est un peu poussée, c'est le terme "prostituée". Cela se résume surtout à une masturbation d'un homme grassement payée, en raison de la beauté ou candeur de Christiane. Dans le livre, si mes souvenirs sont bons, cela reste semblable.
Les acteurs sont plutôt bons, mais il n'y a rien de notable, à part l'actrice qui joue Christiane. Mélange de petite fille, de fille paumée, de bad girl, de fille amoureuse...tout cela très justement.

La force du film, c'est surtout son côté un peu trash, qui est en fait tout simplement l'exposition des faits. La scène où un toxicomane réputé très hard, pique (c'est le cas de le dire!), l'aiguille de Christiane pour s'injecter l'héroïne directement dans le cou, laisse un peu bouche bée. Sans parler des scènes de sevrage. En fait, même s'il ne se passe rien de "choquant", on ressent le film comme trash, de par sa pellicule, les situations des personnages, les dialogues...Le film me dérange toujours autant, il n'a pas beaucoup vieille finalement.

Il n'y a rien d'intéressant dans la réalisation, Uli Edel n'a d'ailleurs pas fait de films intéressants par la suite (sauf apparemment Dernière sortie pour Brooklyn, 1989). Ce qui est dommage en revanche, c'est que l'actrice principale n'a rien fait qui a dépassé l'Allemangne par la suite.

En version bande annonce:

Les +: - Natja Brunckhorst        Les -: - les seconds rôles
             - le côté "faits" 
                        

Pour la bande annonce, c'est ici.
                 

Publié dans Drame

Commenter cet article

djoulaille 30/04/2010 21:51


personnellement j'ai préféré le livre!!