Shining

Publié le par £ee£oo


Je ne peux faire l'impasse sur ce film culte et génial qu'est Shining de Stanley Kubrick (1980). Voilà encore un film adapté d'un roman, en l'occurence celui de Stephen King, qui porte le même nom.
Jack Torrance vient habiter quelques mois dans le grand hôtel Overlook avec sa femme et son fils. Il en sera le gardien pendant l'hiver, et la famille sera complètement coupée du monde pendant cette période. Peu à peu, l'hôtel et Jack deviennent suspects aux yeux de Wendy Torrance et son fils Danny...

Shining fera parti des derniers films de Kubrick (et oui, suivra seulement Full Metal Jacket en 1987, et Eyes Wide Shut en 1999). Il sera par contre, l'unique film du jeune (à l'époque) Danny Lloyd. En effet, celui-ci après quelques apparitions tv, abandonnera sa carrière d'acteur qui ne l'intéresse pas et devient prof de science! Jack Nicholson est à l'époque déjà une star. Il a été déjà été nommé aux Oscars 3 fois. Il la remporte finalement pour son rôle dans Vol au dessus d'un nid de coucou de Milos Forman en 1975. Quant à Shelley Duvall, elle était à l'ép
oque et restera inconnue du grand public. Elle n'aura que des second rôle par la suite, et n'a pas tourné depuis 10 ans.

En un mot le film est terrifiant. C'est d'ailleurs sûrement le film le plus terrifiant que je n'ai jamais vu. C'est l'association de plusieurs éléments qui me fait dire cela. L'interprétation de Jack Nicholson, la réalisation de Stanley Kubrick, la fragilité du personnage de Wendy, l'hôtel immense et mystérieux...tout y est.
L'hôtel par exemple, fascine et inquiète en même temps dû à sa surface, ses différents pièces, notamment le bar, ses tapis, sa cuisine qui ressemble à un labyrinthe. Cela créer au fil des scènes, une ambiance particulièrement stressante. On sent que quelque chose va se passer, mais on ne sait pas du tout quoi. Et Kubrick a eu l'intelligence de relâcher l'attention du spectateur. Par exemple, quand Danny roule avec son tricyle dans l'hôtel, sur les tapis ou le parquet, on s'attend à avoir une surprise. En fait non, et un moment où on pense être tranquille, Danny se retrouve au coin d'un couloir en face des jumelles qui ont été sauvagement tuées par leur père, précédent gardien. Les fantômes sont terrifiants, ayant sur le visage un sourire sadique. Leurs yeux sont fixés sur Danny et, entre deux propositions de jeux, on voit leur corps massacrés dans le couloir, avec du sang partout. Les images durent un quart de seconde mais on distingue suffisamment la scène pour être cloué sur place.
Certains dialogues sont superbement écrits. "L'échange" notamment entre Torrance et le fantôme serveur, ou entre Torrance et l'ancien gardien sont grandioses. On s'approprie peu à peu l'histoire de l'Overlook, et au fur et à mesure des détails, cela devient de plus en plus inquiétant.
La musique contribue largement à la réussite ce film. Souvent stridente, ou retentissant d'un coup, elle participe à la surprise ou au maintien d'une tension permanente.
J'aime particulièrement la fin, souvent incomprise, où l'on voit un tableau de tous les empl
oyés de l'Overlook,et on finit par voir Jack Torrance. Pour moi, Torrance a dont été possédé par l'esprit de l'hôtel et de ses précédents occupants, et étant mort de froid, il en fait désormais parti.

Il est de notoriété publique que Kubrick n'était pas forcément un réalisateur facile à vivre. C'est surtout Shelley Duvall qui en a fait les frais sur ce tournage, qui en plus d'être frustrée qu'on apporte toute l'attention sur Nicholson, subissait les foudres de Kubrick, qui en demandait souvent toujours plus.

Allez voir la bande annonce qui est succinte mais qui fascine et donne envie de le voir pour avoir des réponses. Dommage qu'on ne fasse plus de bandes annonce comme ça.

Très curieusement, le film sera un échec, très mal reçu par le public. On entend souvent dire que c'est parce que le film ne sera pas digne du livre. C'est pourtant devenu une référence avec le temps.

Il faut aimer ce genre de film mais force est de reconnaître que Kubrick était un maître, car dans n'importe quel genre de film, il était capable, dans la plupart des cas, d'en faire un chef d'oeuvre. Je ne dirais pas que c'est un film d'horreur, mais plutôt un thriller angoissant.

En version bande annonce :

Les + : - Jack Nicholson                              Les - : - la fin un peu bâclée
            - la réalisation angoissante de Kubrick
            - les dialogues percutants et flippants
            - les décors

Pour la bande annonce c'est ici.

Publié dans SF-horreur-fantastique

Commenter cet article