Hell

Publié le par £ee£oo



Un petit coup de projecteur sur ce film français, Hell, réalisé par Bruno Chiche et sorti 2006. Le film est l'adaptation du roman du même nom de la jeune Lolita Pille (18 ans à l'époque). Une jeune fille Hella, se faisant appeler Hell, est une des privilégiée de la jeunesse dorée parisienne. Sexe, drogue, alcool, fête sont son quotidien. Elle rencontre un soir Andrea, jeune homme dans la même situation et se trouve donc des points communs dans cette vie compliquée. Les rôles principaux sont tenus par Sara Forestier (César du meilleur espoir féminin en 2006 pour L'esquive d'Abdellatif Kechiche) et Nicolas Duvauchelle (Une Aventure de Xavier Giannoli en 2005).


Le film évoque un sujet assez tabou ou ignoré selon les cas: la jeunesse dorée. Il faut dire que faire un film sur les maux de jeunes riches qui profitent de la vie sans rien faire, est finalement assez osé. Après tout, de quoi les riches peuvent-ils se plaindre? Ils on
t tout ou du moins peuvent tout faire pour tenter d'aller bien si ce n'est pas le cas. Je pense que c'est aussi pour cette raison que certains ne s'intéresse pas au film.
La 1ère partie du film plante le décor de la vie d'Hell: fête, coke, copines, mec différent tous les soirs. Elle a a peine son bac et a décidé de n
e rien faire. Elle a des parents absents, qui remplacent leur indifférence par de l'argent. Elle a des copines excentriques et assez dures entres elles ("ca fait 3 fois que tu me traites de pute"). Certaines sont même un peu abruties ("tu rigoles?! Je me suis jamais autant éclatée pendant ma dernière dépression!"). On sent Hell un peu spectatrice de tout ça, subissant plus la vie et son entourage qu'autre chose.
Elle rencontre Andrea dans un bar et commence à être intriguée par cet homme. Ils échangent, sortent, se disputent et s'aiment sans le dire. Hell finit par partir, consciente que leur mal être respectif les détruit. Ils se retrouvent mais pour une fin tragique...
L'interprétation de Sara Forestier est assez bluffante, à la fois heureuse de s'éclater mais dégoûtée de monde superficiel, coupé de l'extérieur, malsain qui l'entoure. Etant dedans, elle ne sait pas comment faire pour être sincère envers elle même et envers Andrea. Je trouve Nicolas Duvauchelle plus en retrait, moins expressif, je ne suis pas convaincue par son jeu.
Le film alterne des moments de comédie, de drame, parfois dans la même scène. L'exemple le plus flagrant est quand Hell chante dans un bar; elle passe de l'état euphorique à l'état de tristesse, limite en pleurs. Ce qui est représentatif de cette société dorée.
Les dialogues sont particulièrement pertinents et efficaces.

Ce qui m'a sauté aux yeux, c'est le fait qu'à aucun moment, l'entourage de Hell ne propose de l'aider. Souvent dans les drames sociaux divers, il y a un personnage qui est là pour tenter d'aider le personnage en mal. Là non. Que ça soit ses parents, ses amies, et même Andrea, qui ne peut simplement pas vivre sans elle, ne tentent de l'aider à aucun moment. Ce serait même plutôt pour l'enfoncer (son père qui demande agressivement ce qu'elle va faire de son année, la mère d'Andrea qui veut qu'elle arrête de voir son fils...).
J'ai trouve ce film très beau, globalement bien joué, charismatique, et surtout nouveau dans le sens où ce sujet est rarement traité. On voit à quel point on peut s'ennuyer et où la recherche d'un but peut mener.
En ayant lu le livre, je trouve que les deux oeuvres sont très différentes. Dans le livre, j'ai ressenti Hell beaucoup plus trash et agressive.
Le film n'a pas beaucoup été apprécié des critiques, un peu plus du public, mais le film n'a pas marché en salle: un peu plus de 100 000 entrées. Mais là encore, il n'est pas sorti sur beaucoup de copies.
A voir en tout cas, je vous le conseille.

Voici un des mes moments préférés:


envoyé par pititescarabee.

En version bande annonce:

Les + : - Sara Forestier                                  Les - : - les seconds rôles
           
    - les dialogues                                                                
            
- l'histoire d'amour tout sauf guimauve

Pour la bande annonce c'est Ici.


Publié dans Drame

Commenter cet article

djoulaille 30/04/2010 21:53


celui là aussi j'ai largement préféré le bouquin!!! j'ai trouvé les acteurs mous et le gars pas si "beau" que ca, alors que dans le livre il est vraiment présenté comme LE BEAU MEC!!!


Paul Laurendeau 24/07/2009 23:30

Lolita. Sexualisation précoce des jeunes femmes… C’est si nouveau?

http://ysengrimus.wordpress.com/2008/06/09/hyper-sexualisation-hyper-information-hyper-oubli/

C’est si terrible?

£ee£oo 25/07/2009 01:58


sauf que le film n'a pas vraiment de rapport avec ça...